Le sixième sens des animaux, utile pour contrôler la qualité de notre alimentation ?

      Le sixième sens des animaux, utile pour contrôler la qualité de notre alimentation ?

      Compte tenu de l'augmentation des intolérances et allergies alimentaires, nous nous interrogeons de plus en plus sur la qualité des aliments que nous consommons. Science et vie nous indique que les allergies alimentaires ont doublé entre 2009 et 2014, . L'OMS (Organisation Mondiale de la Santé), les considère comme la quatrième maladie chronique dans le monde.

      Dans les années 1970, plusieurs observations, déductions et corrélations ont commencé à être faites. Des scientifiques agricoles ont remarqué que la qualité des semences de taureaux diminuait avec l'utilisation intensive d'engrais minéraux dans les prairies. Ces mêmes engrais minéraux qui sont aujourd'hui très largement utilisés dans l'agriculture conventionnelle. D'autre part, des lapins nourris avec de l'alimentation provenant de fermes en biodynamie avaient un taux de reproduction plus important que ceux nourris avec des aliments issus de l'agriculture conventionnelle. C'est alors, qu'en 1973 commencèrent les premières recherches sur la comparaison de la qualité de l'alimentation animale, entre les aliments conventionnels et bio. [Source : ici]

      Une expérience a été réalisée pour comparer deux types de graines de carottes, une variété population (aussi appelé semence paysanne, que nous proposons chez Sème) et une variété hybride (sélectionnée et croisée par les industriels et représentant la majorité des graines mises sur le marché). Selon un protocole strict et identique, ces deux variétés ont été cultivées sur le même terrain, selon les mêmes méthodes et ont ensuite été proposées à des rats . La consommation de ces deux variétés a été mesurée.

      Comme on peut le constater ci-dessous sur le graphique 1, la consommation, en vert, de la variété population a été nettement supérieure à celle de la variété hybride. L'analyse des données permet également de mettre en évidence que tous les rats ont préféré la variété population.

      Graphique 1 : consommation des différentes variétés de carotte sur les 4 jours de test.<br>La variété Rodelika (variété population en vert) a été de manière significative plus consommée que la variété hybride

      Graphique 1 : consommation des différentes variétés de carotte sur les 4 jours de test.<br>La variété Rodelika (variété population en vert) a été de manière significative plus consommée que la variété hybride

      La question qu'on peut se poser désormais est : pourquoi ? Et peut-on vraiment faire confiance à des rats ?

      Le sixième sens des animaux, mythe ou réalité ?

      Qui se souvient de Paul le poulpe du mondial 2010 qui prédisait les vainqueurs ? Ou avez-vous déjà entendu parler des chiens qui parcourent des centaines de kilomètres pour retrouver leur maître, des chats qui "prédisent" la mort des patients, ou bien des animaux qui ont fui le tsunami avant qu'il arrive ?

      Pour rester plus factuel et scientifique et sans parler de sixième sens, nous pouvons d'ores et déjà affirmer que les animaux ne possèdent pas exactement les mêmes outils que nous. Paul le poulpe par exemple possède 3 cœurs et 9 "cerveaux". L'odorat des chiens serait 35 fois plus développé que le notre, avec une membrane olfactive de 130 cm² (vs 3 cm² pour nous). Une nouvelle étude démontrerait que les chats peuvent voir les ultraviolets. Autrement dit, ils voient l'invisible. En effet, la lumière est constituée d'un ensemble de longueurs d'ondes. En tant qu'Humain, nous percevons les longueurs d'onde entre 400 et 800 nm, soit du rouge au violet. Nous ne voyons ni en dessous, les infrarouges, ni au dessus, les ultraviolets. Le même phénomène est présent au niveau des sons. L'Homme n'entend (ça dépend pour qui) qu'entre approximativement 20 Hz et 20 000 Hz. En deçà, les infrasons et au-dessus, les ultrasons ne sont pas perceptibles par l'Homme. Or, les chiens et les chats peuvent entendre des fréquences allant jusqu'à 40 000 Hz. Les dauphins eux jusqu'à 160 000 Hz !

      Cela laisse perplexe quant à l'immense quantité d'informations que les animaux peuvent percevoir et que nous ne pouvons pas.

      Et bien sûr ceci n'est que la partie émergée de l'iceberg. Ce que la science est capable de comprendre, quantifier, reproduire et expliquer.

      Alors le choix des rats, on y croit ou pas ?

      NB : nous aborderons et détaillerons dans de futurs articles les notions d'agriculture conventionnelle, biologique, biodynamique, ainsi que les notions de semences paysannes et de variétés hybrides. N'hésitez pas à réagir, commenter et nous indiquer les sujets que vous souhaitez voir abordés en priorité

      mathe.alex@live.fr